Hors industrie minière et métallurgique, la Nouvelle-Calédonie dispose de plusieurs secteurs porteurs dans lesquels des investissements intéressants peuvent être réalisés (chiffres 2015 – source IEOM) :

L’industrie

Soutenue par des incitations fiscales et par des mesures de préférences locales, l’industrie calédonienne représente 4,4% des entreprises du territoire pour 8,6% de l’effectif salarié. Le tissu industriel répond à des normes matures, fabriquées sous licences françaises, européennes et internationales.

La construction

Avec 11% des effectifs salariés, le secteur regroupe 14,2% des entreprises calédoniennes. Malgré un essoufflement depuis 2012 d’un secteur jusqu’alors extrêmement dynamique, il demeure soutenu par la commande en infrastructures publiques et en logement social ainsi que par les dispositifs de défiscalisation national et local.

Au-delà des usines et des infrastructures, la construction de logements reste une locomotive de développement du territoire. Le BTP pèse 12 % du PIB. La Nouvelle-Calédonie possède également une véritable activité de production de matériaux de construction ou agrégats, y compris à partir de ressources naturelles (scories) qui peut être valorisée à l’international.

Les services, conseil et ingénierie

Le pays dispose d’entreprises de services liées au secteur de la construction qui possèdent une expertise leur permettant de s’intéresser à des marchés à l’export. Le surcroît d’activité que connaissent certains pays dont la Nouvelle-Zélande offre des opportunités aux entreprises calédoniennes. Les entreprises calédoniennes sont de manière générale entreprenantes et innovantes, notamment dans des domaines comme le service numérique et d’imagerie satellite, traitement, adduction et irrigation, ingénierie environnementale, hygiène et salubrité professionnelle et publique, informatique, production audiovisuelle, services à la santé, à l’éducation et à la formation… etc.

Le commerce 

Ce secteur pèse à hauteur de 7,2% du parc d’entreprises calédonien et 14,1% des effectifs salariés. Plus de la moitié des entreprises sont consacrées au commerce de détail, hors commerce de détail d’équipements automobiles qui compte 88 enseignes.

Le tourisme

La Nouvelle-Calédonie commence à voir, depuis 2015, une véritable progression du tourisme avec +6,3% de fréquentation. Les entreprises directement concernées représentent 2,3% du parc d’entreprises calédoniennes et 7% de l’effectif salarié. La fréquentation touristique progresse de façon significative, notamment grâce à des contrats de destination. La présence des paquebots de croisière est accrue et favorise ainsi les opportunités de développement touristique.

Ajoutons deux secteurs innovants donc l’impact est encore difficile à mesurer

La recherche et l’innovation d’une part avec des instituts de recherches de renom et des incubateurs, et le secteur de la biodiversité dans lequel la Nouvelle-Calédonie acquiert de plus en plus d’expertise au fil du temps, riche entre autres d’un lagon en partie inscrit au patrimoine de l’UNESCO et du Parc naturel de la Mer de Corail.

 

L’ISEE (Institut de la Statistique et des Etudes Economiques) est la référence calédonienne en matière de statistiques.

 

Quelques chiffres :

  • PIB de 2015 : 956 milliards de F.CFP
  • Création d’entreprises en 2015 : 4 720 entreprises dans le secteur marchand non agricole (3 320 créations pures, 1 400 reprises ou réactivations). Les principaux secteurs à en bénéficier sont les activités spécialisées (scientifiques, techniques, de services administratifs et de soutien) avec 1 090 entités, juste au-dessus de la construction, puis vient le secteur de l’administration, l’enseignement, la santé et l’action sociale (675 nouvelles entreprises). Les secteurs commerce et réparation, industries, et activités financières, d’assurances et immobilières ferment le classement.
  • Taux de survie des entreprises : 60% des entreprises créées en 2010 sont encore en activité en 2015
  • Nombre d’entreprises : la Nouvelle-Calédonie comptait 36 010 entreprises au début du 1er trimestre 2016 et 36 754 au début du 3ème trimestre.
  • Commerce extérieur : le déficit commercial de la Nouvelle-Calédonie s’atténue au 3ème trimestre 2016 avec à 64 milliards de F.CFP d’importation contre 74,4 milliards de F.CFP un an plus tôt, soit une baisse de 14 %. Au 3e trimestre 2016, les exportations de la Nouvelle-Calédonie, portées par l’industrie minière et métallurgique, s’élèvent à 35,7 milliards de F.CFP, soit une hausse de 11 % par rapport au même trimestre en 2015.